AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Santorin, Grèce

Aller en bas 
AuteurMessage
Moĩrai

avatar

Date d'inscription : 15/01/2009
Nombre de messages : 100


MessageSujet: Santorin, Grèce   Lun 19 Jan - 0:56



Santorin, Grèce

Santorin (en grec Σαντορίνη) ou Thira ou Théra (Θήρα) est un petit archipel d’îles volcaniques situé dans la mer Égée à 75 km au sud-est de la Grèce continentale. Santorin/Théra est aussi le nom de son île principale. Thirassía, la seconde île habitée, est située en face de celle-ci. La partie volcanique active est formée par l’île de Néa Kaméni, au centre de la caldera envahie par la mer.

C’est le membre le plus méridional du groupe des îles Cyclades, ayant une superficie de 76 km² et une population estimée à 10 700 habitants en 2001. Les habitants de Santorin sont de nationalités diverses-albanais, grecs, bulgares, allemands etc., la majorité des autochtones ayant émigré vers la Grèce continentale en raison de la dernière éruption volcanique et la misère qui s'en suit. Une communauté internationale s'est formée au cours des 20 dernières années et l'anglais tend à s'imposer comme langue parlée au même rang que le grec.

Il constitue le centre volcanique le plus actif de l'arc égéen.

C'est dans l'île de Santorin que l'on a mis au jour en 1970 les fresques d'Akrotiri, témoins d'une civilisation cycladique très évoluée remontant au IIe millénaire avant notre ère. D'importantes collections de céramiques ont été aussi dégagées du champ de fouilles. Ces oeuvres d'art ont été épargnées par un cataclysme d'origine volcanique, qui ravagea l'île, et ensevelies sous la cendre et la pierre ponce.



Le nom Santorin lui fut donné par les Vénitiens au XIIIe siècle en référence à Sainte Irène, la Aghia Irini que les marins étrangers appelaient "Santa Irini". Cette appellation fut conservée et évolua en "Santo Rini" puis Santorini". Auparavant on la nommait Strongylé (La Ronde), Kallisti (la très belle) puis Théra (Thira), en raison de Théra, fils d'Antesionas, héros thébain et petit-fils de Kadmos. Après le rattachement de l'île à la Grèce en 1840, l'île a repris officiellement le nom antique de Théra mais le nom de Santorin est toujours utilisé.

Depuis 1997, l'archipel est divisé entre :
- la «Municipalité de Théra» qui s'étend sur la majeure partie de l'île principale et divers îlôts, dont le siège est Fira
- la «Communauté de Oia», constituée du nord de l'île principale et de Thirassía, dont le siège est Oia.

Au cours du XXe siècle, eurent lieu trois éruptions volcaniques centrées sur l'archipel (la dernière en 1950). En 1956, Santorin fut touché par un tremblement de terre dévastateur, causé par un nouvel effondrement du chapeau du cratère. Cette catastrophe fit une cinquantaine de victimes et détruisit plus de 2000 habitations. Actuellement, le volcan, encore très actif, est étroitement surveillé pour prévenir éruptions volcaniques et séismes.



Haut lieu de tourisme en Grèce, le groupe d'îles est accessible en bateau par ligne régulière, et est accosté par de nombreux yachts de luxe ; on y accède en entrant dans l'anse volcanique pour accoster au pied des falaises. Seul le port d'Athinios permet le débarquement de véhicules. Une piste d'aviation construite à l'est de l'île permet aussi aux petits porteurs de s'y poser. L'anse volcanique au centre des îles offre un ancrage protégé naturellement contre la houle.



La liaison entre Fira et son petit port en contrebas se fait par un chemin très escarpé taillé sur la falaise, à pied ou à dos d'un des nombreux ânes ou encore par un petit téléphérique.

Les principaux moyens de locomotion sont les cyclomoteurs, et un service de car reliant les différents villages. Quelques jeeps (4*4) circulent mais ils restent en minorité.

Des navettes permettent de visiter le plus grand cône volcanique de Néa Kaméni au centre de l'archipel, dont le sol est entièrement fait de scories noires. En raison d'accidents, la plus petite île (Paléa Kameni), d'où jaillissent les sources chaudes d'eau et de vapeurs sulfureuses, est maintenant régulièrement fermée aux touristes. Le volcan est sous surveillance permanente, et une activité sismique régulière perceptible sur l'île principale signale souvent les mouvements magmatiques ou l'effondrement de galeries et fissures où se mêlent les infiltrations d'eau marine.

Au sommet de la falaise, la ville de Fira, aux ruelles étroites et aux épais murs blancs, se pare de portes et volets bleus. Une petite plage de pierres rouges au pied des falaises permet la baignade dans les eaux profondes et froides du cratère.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://god-only-knows.forumactif.org
 
Santorin, Grèce
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Grèce vinicole
» Assyrtiko à gogo: vins de Santorin ***COMPLET***
» Celui qui perce en Grèce fera de la graisse en Perse !
» Oeuvres de l'Académie royale: les Compagnons d'Eleusis
» [Phase de poule #3] Grèce - Russie (16 juin 2012)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
God Only Knows :: « Prologue » :: Avoir les clés dans le creux de sa main :: — Contexte-
Sauter vers: